Respuestas

2013-07-29T23:50:19+02:00
Il était une fois, un charpentier nommé Geppetto, a décidé de construire une poupée de bois, qu'il appelle Pinocchio. Avec lui, réussi à ne pas se sentir aussi seul qu'il l'avait été jusque-là.
- Comme je l'ai été - ce bâtiment une fois terminé et la peinture. Comment je souhaite avoir la vie et être un vrai petit garçon!
Comme cela avait été très bon homme tout au long de la vie, et ses sentiments étaient sincères. Une fée a décidé d'accorder le souhait et la nuit a donné vie à Pinocchio.
Le lendemain, lorsque Gepetto est allé à son atelier a été un choc d'apprendre que quelqu'un l'a accueilli:
- Salut papa - Pinocchio dit.
- Qui est-ce? - Gepetto demandé.
- C'est moi, Pinocchio. Savez-vous pas de moi? - Question.
Gepetto est allé à la poupée.
- Est-ce vous? On dirait que je rêve, enfin j'ai un fils!
Gepetto a voulu s'occuper de son fils comme il le ferait avec une personne autre que le bois. Pinocchio a dû aller à l'école, d'apprendre et de rencontrer d'autres enfants. Mais le charpentier n'avait pas d'argent, et a dû vendre son manteau pour acheter un porte-documents et livres.
Depuis ce jour, Pinocchio a commencé à aller à l'école avec une société de cricket, qui lui a donné de bons conseils. Mais, comme la plupart des enfants, Pinocchio plutôt aller à l'amusement d'aller à l'école pour apprendre, il n'est donc pas toujours tenu compte de cricket. Un jour, Pinocchio théâtre de marionnettes était d'entendre une histoire. Quand j'ai vu le propriétaire du théâtre voulait rester avec lui:
- Oh, Une marionnette qui marche par lui-même, et de parler! Avec lui dans la société, je vais devenir riche - a dit le marionnettiste, pensant Pinocchio aurait gagner beaucoup d'argent.
Malgré les recommandations de la petite cricket, il a dit qu'il était préférable de laisser, Pinocchio a décidé de rester dans la salle, pensant que pourrait gagner de l'argent pour acheter un nouveau manteau de Gepetto, qui avait vendu son acheter les livres.
Et n'a donc toute la journée agissait pour le marionnettiste. Après quelques jours, quand je voulais rentrer à la maison, le propriétaire du théâtre de marionnettes dit qu'il ne pouvait pas partir, je devais rester avec lui.
Pinocchio se mit à pleurer untel inconsolable, que le propriétaire lui a donné un peu d'argent et laissez-le aller. Retour à la maison, le cricket et Pinocchio, croisés avec deux voleurs intelligents qui ont convaincu le garçon que si les pièces enterrées dans un champ voisin, appelé le "Field of Miracles", l'argent serait multiplier et deviendrait riche.
S'appuyant sur les deux hommes, et sans écouter le cricket qui a averti de la tromperie, Pinocchio enterré les pièces de monnaie et à gauche. Rapidement, les deux voleurs ont pris les pièces et Pinocchio dû rentrer à la maison sans pièces.
Pendant les jours qui avaient été sur Pinocchio, Geppetto était devenue très triste et inquiet, était à la recherche de lui partout. Alors, quand Pinocchio and Cricket venus à la maison, ils étaient seuls. Heureusement, la fée qui avait tourné Pinocchio en garçon, il a expliqué que le charpentier était sorti en mer pour les trouver.
Pinocchio et Jiminy décidé d'aller chercher, mais sont tombés sur un groupe d'enfants:
- Où allez-vous? - Interrogé Pinocchio.
- In Toyland - a dit un enfant. Là, vous pouvez jouer à l'infini! Envie de nous rejoindre?
- Oh, non, non, non - Cricket averti. N'oubliez pas que nous devons trouver Gepetto, qui est triste et inquiet pour vous.
- Juste pour un moment - Pinocchio a déclaré Ensuite, nous avons le chercher.
Et Pinocchio a été avec les enfants, suivie intentava suivre le cricket convaincante continuer à chercher le charpentier. Pinocchio a joué et a sauté tout ce qu'il voulait. Ensuite oublié de Gepetto, je ne pensais qu'à s'amuser et jouer. Mais comme je passais de plus en plus in Toyland heures, Pinocchio se transformait en un âne. Quand il a réalisé ce qu'il a commencé à pleurer. En entendant cela, la fée a eu pitié de lui et lui rendit son regard, mais il a averti:
- A partir de maintenant, chaque fois que vous vous allongez votre nez va croître.
Pinocchio et Cricket sortaient rapidement à la recherche de Gepetto.
Geppetto, qui était allé à la recherche de son fils Pinocchio dans un petit voilier, avait été avalé par un énorme baleine.
Pinocchio et le cricket, étaient désespérés à la mer pour sauver le pauvre vieillard Pinocchio pomme de terre.
Quand Pinocchio était en face de la baleine a demandé s'il vous plaît de lui donner à son père, mais l'énorme baleine a ouvert grand la bouche et l'avala aussi.
Geppetto et Pinocchio finalement étaient de retour ensemble!, Maintenant devraient réfléchir comment sortir du ventre de la baleine.
- Je sais, dit Pepito faire un feu de camp! Le feu a fait l'énorme éternuement à la baleine, et le radeau est allé voler avec trois membres d'équipage.
Une fois en sécurité Pinocchio raconté ce qui est arrivé à Gepetto et a demandé pardon. A Gepetto, malgré avoir beaucoup souffert ces derniers jours, ne se souciait retrouver son fils avec lui. Alors il a proposé de tout oublier et de rentrer à la maison.
Après un certain temps, Pinocchio a montré qu'il avait appris sa leçon et qu'il était bon: je suis allé à l'école, écoutant les conseils de cricket et a aidé son père dans tout ce qu'il pouvait.
Comme une récompense pour leur comportement, la fée a décidé de tourner Pinocchio dans la chair et de l'enfant dans le sang. Depuis ce jour, Pinocchio et Gepetto étaient très heureux.

Es Pinocho en Frances :D
gracias lo necesitaba de urgencia (y)
2013-07-30T00:04:39+02:00
Il était une fois une veuve qui avait deux filles l'aînée lui ressemblait si fort d'humeur et de visage que, qui la voyait, voyait la mère. 

Elles étaient toutes deux si désagréables et si orgueilleuses, qu'on ne pouvait vivre avec elles. 

La cadette, qui était le vrai portrait de son père pour la douceur et l'honnêteté, était avec cela une des plus belles filles qu'on eût su voir. 

Comme on aime naturellement son semblable, cette mère était folle de sa fille aînée et, en même temps avait une aversion effroyable pour la cadette. 

Elle la faisait manger à la cuisine et travailler sans cesse. 

Il fallait, entre autres choses, que cette pauvre enfant allât, deux fois le jour, puiser de l'eau à une grande demi-lieue du logis, et qu'elle en rapportât plein une grande cruche. 

Un jour qu'elle était à cette fontaine, il vint à elle une pauvre femme qui la pria de lui donner à boire. 

– Oui-da, ma bonne mère, dit cette belle fille, et rinçant aussitôt sa cruche, elle puisa de l'eau au plus bel endroit de la fontaine et la lui présenta soutenant toujours la cruche, afin qu'elle bût plus aisément. 

La bonne femme. ayant bu, lui dit: 

– Vous êtes si belle, si bonne et si honnête, que je ne puis m'empêcher de vous faire un don; car c'était une fée qui avait pris la forme d'une pauvre femme de village, pour voir jusqu'où irait l'honnêteté de cette jeune fille. Je vous donne pour don, poursuivit la fée, qu'a chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche ou une fleur, ou une pierre précieuse. 

Lorsque cette belle fille arriva au logis, sa mère la gronda de revenir si tard de la fontaine. 

– Je vous demande pardon, ma mère, dit cette pauvre fille, d'avoir tarde si longtemps; et, en disant ces mots, il lui sortit de la bouche deux roses, deux perles et deux gros diamants. 

– Que vois-je là! dit sa mère tout étonnée; je crois qu'il lui sort de la bouche des perles et des diamants. D'où vient cela, ma fille? (Ce fut là la première fois qu'elle l'appela sa fille.) 

La pauvre enfant lui raconta naïvement tout ce qui était arrivé, non sans jeter une infinité de diamants. 

– Vraiment, dit la mère. Il faut que j'y envoie ma fille. Tenez, Fanchon, voyez ce qui sort de la bouche de votre soeur quand elle parle; ne seriez-vous pas bien aise d'avoir le même don? Vous n'avez qu'à aller puiser de l'eau à la fontaine et, quand une pauvre femme vous demandera à boire, lui en donner bien honnêtement. 

– Il me ferait beau voir, répondit la brutale, aller à la fontaine. 

– Je veux que vous y alliez, reprit la mère, et tout à l'heure. 

Elle y alla, mais toujours en grondant. Elle prit le plus beau flacon d'argent qui fût dans le logis. 

Elle ne fut pas plus tôt arrivée à la fontaine, qu'elle vit sortir du bois une dame magnifiquement vêtue, qui vint lui demander à boire. C'était la même fée qui avait apparu à sa soeur, mais qui avait pris l'air et les habits d'une princesse, pour voir jusqu'où irait la malhonnêteté de cette fille. 

– Est-ce que je suis ici venue, lui dit cette brutale orgueilleuse, pour vous donner à boire! Justement j'ai apporté un flacon d'argent tout exprès pour donner à boire à Madame? J'en suis d'avis: buvez à même si vous voulez. 

– Vous n'êtes guère honnête, reprit la fée, sans se mettre en colère. Eh bien! puisque vous êtes si peu obligeante, je vous donne pour don qu'à chaque parole que vous direz, il vous sortira de la bouche ou un serpent, ou un crapaud. 

D'abord que sa mère l'aperçut, elle lui cria: 

– Eh bien! ma fille! 

– Eh bien! ma mère! lui répondit la brutale, en jetant deux vipères et deux crapauds. 

O ciel, s'écria la mère, que vois-je là? C'est sa soeur qui en est cause: elle me le paiera; et aussitôt elle courut pour la battre. La pauvre enfant s'enfuit et alla se sauver dans la forêt prochaine. 

Le fils du roi, qui revenait de la chasse, la rencontra et, la voyant si belle, lui demanda ce qu'elle faisait là toute seule et ce qu'elle avait à pleurer! 

– Hélas! Monsieur, c'est ma mère qui m'a chassée du logis. Le fils du roi, qui vit sortir de sa bouche cinq ou six perles et autant de diamants, la pria de lui dire d'où cela lui venait. Elle lui conta toute son aventure. 

Le fils du roi en devint amoureux; et, considérant qu'un tel don valait mieux que tout ce qu'on pouvait donner en mariage à une autre, l'emmena au palais du roi son père, ou il l'épousa. 

Pour sa soeur, elle se fit tant haïr, que sa propre mère la chassa de chez elle; et la malheureuse, après avoir bien couru sans trouver personne qui voulût la recevoir, alla mourir au coin d'un bois.